AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Poésie

Aller en bas 
AuteurMessage
Titam
Amante non religieuse
avatar

Nombre de messages : 25989
Localisation : Québec
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Poésie   Mer 12 Mar - 1:47

La journée de la femme est bien vite passée. Rattrapons-nous en célébrant le beau sexe.

Citation :
Tétin qui n'as que la peau
Tétin flac, tétin de drapeau,
Grand'tétine, longue tétasse,
Tétin, dois-je dire: besace?
Tétin au vilain grand bout noir
Comme celui d'un entonnoir,
Tétin qui brimballe à tous coups,
Sans être ébranlé ne secous
Bien se peut vanter qui te tâte
D'avoir mis la main à la pâte.
Tétin grillé, tétin pendant,
Tétin flétri, tétin rendant
Vilaine bourbe en lieu de lait,
Le diable te fit bien si laid!
Tétin pour tripe réputé,
Tétin, cuidé-je, emprunté
Ou dérobé en quelque sorte
De quelque vieille chèvre morte.
Tétin propre pour en Enfer,
Nourrir l'enfant de Lucifer;
Tétin, boyau long d'une gaule,
Tétasse à jeter sur l'épaule
Pour faire - tout bien compassé -
Un chaperon du temps passé,
Quand on te voit, il vient à maints
Une envie dedans les mains
De te prendre avec des gants doubles,
Pour en donner cinq ou six couples
De soufflets sur le nez de celle
Qui te cache sous son aisselle.

Clément Marot - Le Contreblason du Tétin

_________________
http://titam.hautetfort.com/
♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titam.hautetfort.com/
Titam
Amante non religieuse
avatar

Nombre de messages : 25989
Localisation : Québec
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Poésie   Mer 12 Mar - 1:53

Citation :
Madame Aldonza, tu as trois fois trente ans,
Pas plus de trois cheveux et une seule dent,
Poitrine de cigale exactement,
En toile d'araignée précisément.
Tu ne montres pas, dans l'habit que tu portesm
Toutes les rides que je vois sur ton front.
Ta mâchoire est disloquée comme un pont-levis détruit,
Ta bouche plus béante que deux portes.
Tu chantes comme une grenouilles, ou bien comme une bécasse,
Ta jambe est une crotte de mort,
Et d'une chouette tu as le visage.
Tu pues comme un poisson oublié,
Et avec ton dos de chèvre tout tordu,
Tu m'as l'air plumée comme un poulet.

Diego Hurtado de Mendoza (1505-1575) - A una vieja que se tiene por hermosa

_________________
http://titam.hautetfort.com/
♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥ ♪ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titam.hautetfort.com/
gregor samsa
Cafard laqué
avatar

Nombre de messages : 3594
Age : 74
Localisation : DTC
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Poésie   Sam 21 Juin - 0:16

Une Charogne.

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux :
Au détour d'un sentier une charogne infame
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une facon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint ;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur etait si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'ou sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague,
Ou s'élancait en pétillant ;
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiete
Nous regardait d'un oeil fâché,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait laché.

Et poutant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, ô reine des grâces,
Apres les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses.
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposées !


Charles BAUDELAIRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dan
Mad Professor
avatar

Nombre de messages : 6952
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Poésie   Sam 21 Juin - 0:54

Loner² a écrit:



Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposées !



Running gag : La poésie, la vraie, ça sent la chatte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harry White
Lol-ipop
avatar

Nombre de messages : 5002
Date d'inscription : 15/08/2006

MessageSujet: Re: Poésie   Sam 21 Juin - 13:54

prout,
ô prout.
si soudain,
si coquin.
prout,
je t'aime bien.

bro'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poésie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
2rocks :: Le coin lecture-
Sauter vers: